Bio-bibliographie

photo de l’auteur en lecture publique

L’auteur lors d’une lecture publique à Pontrieux

Daniel Collin – Daniel-Claude Collin –, né en 1945 à Cherbourg, possède aussi de solides attaches en Bretagne dont est originaire son grand-père paternel. Il vit actuellement dans la plaine au sud de Caen. Venu dans cette ville pour ses études universitaires, a passé le CAPES de Lettres modernes ; bi-admissible à l’agrégation, a soutenu une thèse sur Jules Laforgue en 2003 quand il a cessé de jouer au rugby. Carrière d’enseignant dans la banlieue de Caen ( essentiellement Mondeville, de 1969 à 1979, puis Hérouville, de 1979 à 2005 ).

A publié des poèmes dans diverses revues, notamment dans le Guide céleste de J.P.Dubost, dans D’une rive à l’autre, de l’association « Poésie et nouvelles en Normandie » ou encore dans Le Manoir des Poètes, revue de Maggy De Coster. Quatre poèmes extraits de 15fois15, recueil encore inédit, ont été retenus pour Rugby en toutes lettres, paru chez atlantica en 1999 à l’occasion de la Coupe du Monde de rugby ; deux autres de ces poèmes ont été retenus dans la revue Décharge ( numéro 129 ) pour le dossier Le sport, la poésie ; cette même revue a publié 6 de ses poèmes en 2010 (numéro 145) et l’a placé en tête de son choix avant de faire le compte-rendu de son  dernier ouvrage poétique ( numéro 156 ).

Auteur de Lettres de Rencontres ( 1997 ), chroniques poétiques sur « Les Rencontres pour lire » de François de Cornière, d’ Ombres portées ( 2001 ), récit- réflexion à propos des morts violentes qui ont touché régulièrement sa famille, de Lycéennes ( 2005 ), croquis des petits couples d’amoureux croisés au Lycée Salvador Allende, son dernier poste ; contribution à 15 ans de Rencontres pour lire ( 1995 ). Ces ouvrages ont paru aux éditions Isoète, de Cherbourg.

A participé en 2006 aux Nouvelles de Caen, paru aux Éditions des Falaises et à Nebula obscura, ouvrage du plasticien Bernard Louvel, paru aux Éditions du chameau en 2011. Avec Les Amours d’automne, D. Collin a été lauréat du meilleur recueil inédit au concours 2007 organisé par l’association « la Baie la poésie ».

Il a fait paraître, en juillet 2008, un ouvrage teinté d’humour à propos de la retraite et des moyens de la vivre : Soldes d’Automne, à l’usage des retraités présents et à venir. Retraité et converti au tennis de compétition, il s’active sur ses prochaines œuvres, dont l’une sur les façons désinvoltes et burlesques de se débarrasser des vieux, et six nouveaux recueils de poèmes, dont deux ont été publiés aux toutes nouvelles éditions de l’Aiguille, à Étretat, sous le titre Au seuil de la nuit blanche, en mars 2009. Contes et Mécomptes de tous les temps acides, la dernière œuvre en prose, est parue aux Éditions Isoète en 2010.

Est sorti aussi, en mai 2011, chez Christophe Chomant, un éditeur de Rouen, un recueil de poèmes en prose  : Épuiser les sources. Les Éditions Couleurs et Plumes, de Xavier-Pierre Vigy ( à Tréméven dans les Côtes d’Armor ) ont édité son dernier recueil, double, en juin 2012 : Un point au bout de la ligne. Ce recueil a obtenu en 2013 le Prix Albert Camus au 14e concours organisé par le Centre Européen pour la Promotion des Arts et Lettres ( CEPAL ) sis à Thionville. En avril 2016, paraissent deux recueils de poèmes ; l’un, Disposer du désert, aux Éditions Thierry Sajat, maison parisienne ; l’autre, À vendre paysages, aux Éditions Couleurs et  plumes de Tréméven (22).