Ombres portées – Portraits défunts

P1860314

Éditeur :
Éditions Isoète (Maupertus – 50840 )

Thème :
Évocation des morts violentes qui ont marqué l’histoire de la famille de l’auteur et celles de sa propre existence ainsi que la découverte d’une nouvelle force de vivre.

Critiques :

La sortie d’Ombres portées n’est pas passée inaperçue dans la région. Ce livre a valu à Daniel Collin une participation à l’émission de Gérard Bonnemaison sur France 3 Normandie et une interview de Nathalie Morel sur France Bleue Basse-Normandie. L’ouvrage est en compétition pour le prix littéraire de la ville de Caen qui sera décerné en fin d’année.

La Voix du Bocage – 7 juin 2002

«  Ombres portées »[…] 96 pages à lire d’une traite avec le sentiment de partager l’histoire.

Les livres publiés dans l’année 2001 Ouest-France – 7 janvier 2002

On écrit contre la mort, toujours. Même dans l’hypothèse où l’on remplit des pages avec elle, en sa compagnie, entre sourire léger et grincements de dents, comme le fait ici Daniel Collin, c’est elle qui mène le bal. […]Écrire, c’est prouver à soi et aux autres qu’il existe une vie avant la mort– et qu’à défaut cela seul importe.

Michel Onfray

Extraits :
Il n’y a pas que les châtelains qui parcourent à pas lents leur sombre galerie de portraits ancestraux[…] Même si les plus humbles qu’eux ne disposent ni de murs ni de toiles pour afficher leurs anciens, ils promènent une galerie tout aussi fournie que la leur et beaucoup plus indiscutable, n’ayant point été figée ; elle est également plus portable et adaptable en ces temps de mobilité… probablement plus fragile aussi puisque soumise aux seules ressources capricieuses de la mémoire.
Aussi faut-il raconter.Si vous ne racontez plus, les parcelles de vie préservée s’étiolent et les défunts sombrent définitivement dans les lignes de fuite de votre histoire.

Je n’ai aucun goût pour la mort ; mais on ne peut apprécier le relief de la vie en gommant ses ombres ; et le quotidien impose ses violences, parfois dès l’enfance et à maintes reprises  : détourner le regard n’ajoutera que la surprise au coup destiné.

La vie bascule d’un coup dans l’accident [ mortel] ; tout se défait, les certitudes filent comme les mailles fragiles d’un bas nylon.[…] Tenir, autant qu’on peut, aussi longtemps que les nerfs et les muscles noués pourront empêcher le douleur monstrueuse de jaillir en éclats destructeurs, se battre contre ses coups tranchants qui dépouillent l’être implacablement ; tenir… ne pas parler : la voix ne se domine jamais, elle trahit ; les phrases s’effritent en sanglots mal contenus. Se taire, c’est souvent par la parole que les restes tendus de la résistance se dérobent. Se taire…

Caractéristiques :
96 pages
2é trimestre 2001
10,70€

Où acheter ?
Peut-être épuisé ; contacter Isoète – www. isoete.fr, Maupertus (50840) ou OREP 14400 (Bayeux ) – www.orepeditions.com